Search
  • William Burke

Eng/Fr 1. The Origine

Updated: Jun 7


fasciné par l’espace et la technologie.


I. The Origine - Origine


I’ve always been fascinated by both space and technology. Some in my family would say I was born to love it. My birth announcement card, drawn by my mother, showed me as baby astronaut sitting on an asteroid among the stars and the planets. When I found out about it, almost twenty years later, I was flabbergasted. Space is my life. Just thinking about the cosmos makes me shiver. This vast infinity of wonders, so much bigger than the world we live in. Full of everything that exists and that we know almost nothing about.

Our planet is a drop of water in the ocean of existence. Astronauts are the explorers of this infinity, flying where no living creature has even gone before thanks to machines that are made of the combined knowledge of thousands of years of human progress. We’re not supposed to be there. Space lacks everything that life needs to survive.

There is no air to breathe, nothing to protect you from extreme temperatures or radiation. There is no gravity to keep you on the ground and to stop your muscles from melting over time. And yet, thanks to technology, people can go up there, and survive. They can see and experience the impossible. Twelve humans went to the moon and came back.

They walked on the surface of another world and looked into the sky only to see the Earth not bigger than their thumbs when extending their arms. They were walking on a ground that people had been looking at from a distance for thousands of years without ever being able to even think about reaching it. Some people still don’t believe our species has done it.


As you can imagine, growing up as a child I was fascinated by science fiction movies and tv shows depicting people travelling in space. More than that, I was fascinated about anything that could go wrong out there. Not because I like to see poor astronauts suffer and die in the void, but rather because it highlighted what is required to keep them alive, how much their survival depends on the complex technologies carrying them. A single one dysfunctioning and death comes knocking on the hull. So the sound of alarms in a lonely ship, along with the vision of astronauts bravely thinking their way out, using science and engineering to survive, these are what comes into my mind when people ask me what I am passionate about.

If I had been given the choice as a child I would have decided to become an inventor. I would have built the spaceships of the future. Unfortunately, I was told I was far too bad in maths to do such a thing. So, not wanting to let go of my dream, and loving fiction as much as reality, I decided I’d work as an artist of some sort. If I couldn’t build a real spaceship maybe I could make a damn convincing fake one!

So I studied 3d art, and then Game Design. I realised very early that videogames were the best way to express myself. I could literally create an artificial reality where I’d be free to explore my passion for space and technology. I could create a simulated spaceship that would act like it would be real. I’d be able to walk inside it, press every button and make them do whatever I wanted them to do. Of course, life doesn’t always take you where you want. For five years I worked for a company I co-founded with some of my friends.

While it was an amazing experience, I was spending more time making virtual visits for real estate rather than working on my dream projects. A few months ago I decided to leave that company to realize a project that had been in my mind for a long time. This is when I met Clément. I told him about what I wanted to do and it picked his interest. With his support, the Tin Can project was started. Time to build my dreams!

I hope you’ll enjoy it.


J’ai toujours été fasciné par l’espace et la technologie.

Certains dans ma famille diraient que je suis née pour aimer ça. Mon faire-part de naissance, dessiné par ma mère, me montrait en bébé astronaute assis sur un astéroïde au milieu des étoiles et des planètes. Quand j’ai découvert ce dessin, presque vingt ans plus tard, j’étais sous le choc.

L’espace, c’est ma vie. Rien que de penser au cosmos ça me donne des frissons. Cette vaste infinité remplie de merveilles dont nous ne savons presque rien. Notre planète n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan de l’existence.

Les astronautes sont des explorateurs de cet infini, volant là où aucune créature vivante n’est jamais allée grâce à des machines qui sont la combinaison de milliers d’années de savoir et de progrès accumulés par les êtres humains.

Nous ne sommes pas censés être là-bas. L’espace est dépourvu de tout ce dont la vie a besoin. Il n’y a pas d’air à respirer, rien pour nous protéger des températures extrêmes ou des radiations. Il n’y a pas de gravité pour empêcher que nos muscles fondent au fil du temps. Et pourtant, grâce à la technologie, des Hommes peuvent aller là-haut et survivre. Ils peuvent faire l’expérience de l’impossible. Douze humains sont allés sur la lune et en sont revenus. Ils ont marché à la surface d’un autre monde et ont regardé dans le ciel pour y voir la terre, pas plus grosse que leur pouce, le bras tendu. Ils ont marché sur une terre que les gens ont observés de loin pendant des milliers d’années sans même penser qu’il serait un jour possible de l’atteindre. Certains ne croient toujours pas qu’on y soit jamais allé.

Comme vous pouvez l’imaginer, en grandissant je me suis fasciné pour les oeuvres de science fiction qui mettaient en scène du voyage spatial. Plus que ça, j’étais fasciné par tout ce qui pouvait mal tourner là-haut. Pas parce que j’aime voir de pauvres astronautes mourir dans de souffrances atroces au milieu du vide mais plutôt parce que cela mettait en avant ce qui était nécessaire pour les maintenir en vie, à quel point leur survie dépend des technologies complexes qui les transportent. Un simple dysfonctionnement et la mort vient frapper à la coque.

Alors les sons des alarmes dans un vaisseau solitaire ainsi que la vision des astronautes trouvant des solutions par la réflexion et le bricolage, voilà ce qui me vient en tête lorsqu’on me demande ce qui me passionne.

Si j’avais eu le choix, enfant, j’aurais voulu être un inventeur. J’aurais construit les vaisseaux spatiaux du futur. Malheureusement, on m’a dit que j’étais bien trop mauvais en maths pour envisager une carrière comme celle-là. Alors, puisque je ne voulais pas abandonner mon rêve et parce que j’aimais beaucoup trop la science fiction, j’ai décidé de faire quelque chose de créatif. Si je ne pouvais pas fabriquer un vrai vaisseau spatial, rien ne m’empêchait d’en faire un faux !

J’ai donc étudié l’infographie 3d puis, le Game Design. J’ai réalisé très tôt que les jeux vidéo étaient le meilleur moyen d’exprimer mes passions. Je pouvais littéralement créer une réalité artificielle dans laquelle j’étais libre de toutes les explorer. Je pouvais créer un vaisseau spatial simulé qui se comporterait comme un vrai. Je pourrais m’y promener, appuyer sur tous les boutons et leur faire faire tout ce que je voulais.

Bien sur, la vie ne vous emmène pas toujours là ou vous le voulez. Pendant 5 ans j’ai travaillé pour une compagnie que j’ai co-fondée avec des amis. C’était une expérience fantastique, mais je passais plus de temps à créer des visites virtuelles pour l’immobilier qu’à travailler sur mes projets rêvés.

Il y a quelques mois, j’ai décidé de quitter cette compagnie pour réaliser un projet qui me démangeait depuis quelques temps déjà.

C’est à ce moment là que j’ai rencontré Clément. Je lui ai parlé de ce que je souhaitais faire et cela a attiré sa curiosité.

Avec son support, le projet Tin Can était née.

Il est temps que je construise mes rêves ! J’espère que vous les apprécierez.



#escape pod // #game // #survival // #space // #simulator // #crafting // #dismantling // #repairing // #air // #oxygen // #gravity // #systems // #components // #indie // #independant // #unity

35 views
fond9-min.webp

Contact us

Logo WebP

© Copyright 2020 - Studio Tin Can - All right reserved

Legal Notice | Privacy Policy

#game // #survival space // #simulator // #crafting // #dismantling // #repairing // #air // €oxygen // #gravity // #systems components // #indie // #independant // #unity